Les plaisirs de Philippe

22 novembre 2018

Osé devenir un sujet de fantasme en public

 

20181122_104817 copie

A la fin du dîner débat du Munch de Paris M, j'ai accepté d’être un sujet de fantasme pour un petit jeu d'écriture à partir de quatre mots-clés choisis par moi, illustrant un de mes fantasmes.

Après vingt minutes de rédaction sur les fantasmes de plusieurs volontaires, D’ange et Chloé ont lu à voix hautes le fruit de cette cogitation masturbatoire de chaque équipe. Au préalable, la fantasmeuse ou le fanstasmeur se présentait rapidement à l’assemblée de sorte que notre fantasme devenait ainsi public après lecture ! Humm dans ces cas là vaut mieux assumer ! Rires !!

J'ai été stupéfait par le texte écrit sur moi Et j’étais persuadé que ceux qui avaient rédigé mon fantasme me connaissaient tellement cela m'a fait vibrer et ressemblait à des histoires en partie vécues !

Après une petite recherche, j'ai fait la connaissance de mes auteurs anonymes. Un couple sympathique qui venait pour la première fois au Munch et qui avait été séduit par mes fantasmes proposés. Et ni ma page FB, ni mon blog ne leur étaient familiers !

Surprenant et troublant !

Et J’avoue que l’écoute en public du scénario imaginé par ce couple sur mon fantasme m’a titillé le bas ventre !

 

Philippe Hickx

Entré dans un club, Philippe pris en main, est déshabillé les yeux bandés sur le champ.
Sèchement, « mettez-vous à quatre pattes, vous êtes mon chien et vous allez m’obéir… »

 

lui glissent leur gode entre les fesses les unes après les autres

Trainé avec un collier et une laisse, je l’accompagne dans une salle comble d’invités qui le caressent et le fessent à loisir sous mes ordres. Pendant que je l’humilie en le traitant de « petite salope, vous aimez ça être ma  pute, léchez mes pieds »
Pendant que plusieurs femmes phalliques le mordent, le pincent, le caressent, le masturbent délicatement puis sauvagement, lui crachent dessus, lui pissent dessus, l’humilient et lui glissent leur gode entre les fesses les unes après les autres…

« Vous aimez ça être à mon service ma pute sacrée ! Je vous fais bander comme ça et ça me fait mouiller comme une folle, je jouis sur vous. »


D’Ange pour ta demande de photos ou sextapes perso illustratives à l’appui du texte, il va falloir la tourner et trouver des volontaires près à jouer le jeu. Rires !

A défaut de sextape, deux photos de Patrick Siboni, tirées du Subspace Carcéral de Marie Albatrice où l’on me voit dans des scènes qui se rapprochent du récit sur mon fantasme.

d581a0_49ac9ff8090048d5a468a1878044c934~mv2

GB sodo1

 

 

 

 

 

 

Le manucrit des auteurs de mon fantasme scénarisé

20181122_104850

 

20181122_104909

 

Posté par Philippe Hickx à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

11 novembre 2018

Initiation aux Cordes avec Paris-M

 

41876045_549523162160213_9196410345294397440_o

Hier après-midi j'ai participé à l'atelier d'initiation aux cordes organisé par Paris-M dans un nouveau Dojo qui s’est ouvert à Ivry,  l’ Atelier's rope events. A mon arrivée je fus accueillis par Elisabeth ( Sade Liza ) qui était la responsable de cette belle initiative et Doc notre professeur et sa modèle Tyka.  Le lieu, dans un ancien garage, est flambant neuf  et reçoit aussi une fois par mois un atelier d’écriture érotique ! Tiens, tiens !

Salon érotique Bruxelles-mars 2018

Ce n’était pas une vraie découverte pour moi puisque j’avais fréquenté pendant trois mois l’ancienne Place Des Cordes ( PDC ) au printemps 2017. Mais faute de pratique, par manque de temps et aussi de difficulté à trouver un binôme, j’avais mis de côté le shibari. 
Mais de temps à autre je m’amuse avec une corde comme lors d’un salon érotique à Bruxelles où une corde rouge avait constitué une partie de mon costume avec les problèmes que j’avais exposés à l’époque sur ma page FB.


Nous étions une dizaine de stagiaires que je connaissais presque tous et je fus heureux de découvrir que j’allais m’entrainer avec un bon complice de soirée en la personne de Chris plus avancé que moi dans la connaissance du Kimbaku. Au total il y avait trois binômes mixtes et deux binômes hommes constitués dans l'odre d'inscription à l'événement pour la plupart. Le hasard avait bien fait les choses pour moi !  
 
Après une présentation générale du shibari, des règles de sécurité où j’appris que 95% des accidents se situaient au niveau du nerf qui parcourt le bras (mais les séquelles disparaissent de quelques jours à quelques mois) , on passa à l’enseignement du nœud de base le single culumn tie que j’ai tant de mal à retenir. Premières surprise, j’appris qu’il y avait plusieurs façons de faire le nœud final plus simple que celui que je pratiquais à la PDC.
Puis notre professeur nous enseigna le double column tie qui permet en quelque sorte de faire une menotte avec des cordes pour attacher deux membres ensembles ou un membre à un meuble. J’ai beaucoup apprécié les explications et les démonstrations sur les utilisations de chaque nœud et notamment quand notre professeur à attaché Tyka sur un escabeau en nous disant pourquoi il utilisait là un single et là un double. Cela m’a ouvert de nouvelle piste à explorer ! Rires !

41384862_546173909161805_2154526939098906624_n

Une autre chose m’a surpris par rapport à la PDC. J’avais toujours pratiqué en liant les cordes les unes aux autres. Là, Doc nous fit une démonstration avec trois cordes non attachées entre elles. La première pour un TK très simple (attacher les bras dans le dos), la deuxième pour lier les mollets et la troisième pour attacher les cuisses en enroulant la corde autour de la taille. On pouvait ensuite utiliser une quatrième corde pour terminer de contraindre le ou la modèle selon son imagination !

J’ai beaucoup aimé cet atelier, découvrir une autre façon d‘attacher et que l’enseignement ne soit pas uniquement concentré sur la technique des nœuds mais aussi sur des exemples comme l’encordage sur un escabeau, un fauteuil, un lit, etc… J’espère trouver le temps pour m’y remettre… 

Merci à Paris-M pour cette belle initiative à renouveler, à Doc notre professeur et sa modèle Tyka. Et un immense merci à Chris pour avoir été mon binôme et supporté mes maladresses  et mes hésitations dans l’encordage.



Quelques liens :

Atelier's rope events

Le site web de Docvale


Paris-M


Crédit photos : Atelier's rope events


Le programme de novembre 2018

43878672_563446617434534_8866988754577915904_n

 

45217061_571872723258590_1291859878406520832_n

 

Posté par Philippe Hickx à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 novembre 2018

Nuit de plaisirs à la Demonia - La Before chez Notre Dame Lucretia et Gilles

 

BEFORE Lucretia Gilles

Avant la Nuit Demonia j’avais été invité par Notre Dame Lucretia et Gilles à la Before pour entrer doucement dans cette Nuit Fetish de l’année. J’étais très heureux de m’y retrouver en compagnie d’amis de soirée bien connus et de reconnaitre aussi certains complices du clip vidéo que j’avais tourné pour Gilles et la chanson « Je t’aime » de son groupe musical au printemps dernier.

J’avais laissé ma voiture à coté des Invalides près de la salle de la Nuit Demonia et pris le métro pour rejoindre le 14eme, lieu de la Before. Cela aurait son importance pour le trajet de retour un peu folklorique !

J’arrivais trois bons quarts d’heures après le début de cette petite soirée et beaucoup d’invités étaient déjà là. Je fus accueilli par un bon ami bien connu pour son SM un peu extrême qui officiait à la cuisine pour réchauffer tous les petits plats que nous avions apportés. Je saluais tout le monde, la majorité des personnes m’étant connues et fit la bise à Lucretia qui était déjà rayonnante de beauté avant même de porter sa robe en latex couleur crème. Gilles me fit visiter les lieux en me montrant la chambre où se changer et en me précisant que je pouvais bien sûr le faire où je voulais ! Rires, ma réputation d’exhibe me suit partout !  Nos hôtes avaient poussé le sens de l’hospitalité jusqu’à décorer le salon aux couleurs d’Halloween avec de grandes toiles d’araignées et des ballons citrouilles.

Une jeune femme sympathique était là pour maquiller ceux qui le souhaitaient et coiffer les femmes. Avec mon masque, je pouvais me passer de maquillage et surtout ne plus me maquiller la bouche pour pouvoir embrasser à ma guise !  Rires !

Venise bal 27-10-2018

 

Ingrid au PNE & Clarissa à Venise

En ce début de soirée, j'avoue que j'avais les pieds à Paris et la tête à Venise car depuis que j’avais quitté ma voiture j’étais sur Messenger avec ma confidente préférée, en vacances dans la Cité des Doges et qui regrettait tellement de ne pas être avec nous. Et là je lui faisais vivre en direct la Before par l’intermédiaire de photos que je prenais ! Ce qui attisait la curiosité de certains jusqu’à ce que cette amie parte pour son bal masquée non sans m’avoir envoyé une photo d’elle dans une magnifique robe 18eme siècle qui me laissa un moment rêveur.

Il était enfin temps pour moi que ma tête rejoigne mes pieds à Paris et ne plus penser ni à Venise ni à mes autres amies aussi absentes pour cause de nuit blanche à rédiger pour le PNE (Prix de la Nouvelle Erotique) !


L’ambiance de cette avant Demonia était au top avec l’arrivée des derniers invités et peu à peu les convives  commençaient à se déguiser entre deux verres ou petit-fours.  Une fois en tenue  de soirée chacun cherchait à se faire photographier ou à prendre un selfie avec son voisin. Nous avions un gladiateur couronné de laurier à la César, un chirurgien fou à la blouse blanche ensanglantée, accompagnée d’une infirmière en robe de latex rouge du plus bel effet. Une jeune femme portait une robe en latex R2D2 de Star Wars très réussie. D’autres femmes étaient plus ou moins dénudées et même une était habillée seulement d’un harnais et de peinture noire avec de jolies paillettes !

20181027_212249

 

20181027_222827

 

20181027_224450

 

20181027_223349


Et notre hôtesse avait enfilé une magnifique robe en latex couleur crème
avec un immense décolleté barré de quatre cordes dorées !

20181027_223844


Et moi-même j’avais revêtu ma tenue Halloween de Frida Kahlo Los de la Muerte. Ma première tenue qui m’avait fait découvrir le monde des soirées Fetish il y a maintenant deux ans à l'occasion d'une soirée Burner.


Malgré l’heure qui tournait tout le monde continuait à bavarder et de profiter de l’accueil chaleureux de nos hôtes. C’est bien après l’ouverture de la soirée au Faust que les premiers invités de la Before quittèrent le 14eme soit avec leur voiture personnelle, soit en Uber ou taxi.

20181027_225746

Finalement je partis un des derniers peu avant 23 heures avec quatre autres compagnons pour rejoindre déguisé en transport en commun le lieu de la fête.  C’était une première pour moi de prendre le métro dans ma tenue de soirée pour aller du 14eme au Pont Alexandre III. 

20181027_230048

 

Ah ah les regards des voyageurs en me voyant, avec ma jupette en cuir noir sans rien dessous, mon masque et ma coiffe de fleurs avec un voile noir. Et alors que nous roulions vers les Invalides, je croisais les yeux d’une femme regardant sous les dessous de ma jupe pendant que je massais les pieds d'une amie ! Vraiment trop drôle ! Mais n’a-t-on pas idée de regarder sous les jupes des hommes ! Rires !!

20181027_225935

20181027_230327


Et une fois dans la rue, arrivé sur le ponts Alexandre  III, le froid rappela encore une fois  à mon ouistiti qu’il n’était pas couvert. Bon il en a vu d’autres, notamment lors d’une mémorable histoire d’amour éphémère avec un bonhomme de neige BDSM !

Fin de la première partie "Nuit de plaisirs à la Demonia".


Notre très jolie et accueillante hôtesse dans une robe de soirée magnifique en latex couleur crème . Petit clien d'oeil à Cheick Touré, photographe officiel de la Demonia et qui pour une fois passe de l'autre côté de l'objectif !

20181027_20462420181027_204753

 

 

 

20181027_204744

 

 

20181027_204851

20181027_223846

 

20181027_223834

 

20181027_223836

 


Quand mes ami-es posent avec moi

20181027_223105

 

44950890_10156759776529860_5432146216458649600_n

44965550_10156759776944860_5746908718721662976_n

20181027_223703

20181027_223708

 


 Et quelques autres photos

 

20181027_213452

 

20181027_224445

20181027_222726

45000700_10156753491834376_1555627160222302208_o

 


Et trois photos de Louis-Kordian Bouchet et son masque de clown fou !

 

45711199_2166616456915307_7254828275573194752_n

 

45830649_265695970816073_3574508784321560576_n

 

45749784_445053522689125_6551173832030289920_n




 

Posté par Philippe Hickx à 00:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2018

Art Q - Les fesses

42675021_2218016728471764_3162041896402944000_o

ART Q : LES FESSES

Préambule

Le
Marquis de la Guénoise concepteur et grand aninmateur avec Vic Cabaret des soirées Art Q au bar du 153, m'a gentiment autorisé à publier ici le texte de leur dernier Art Q sur les fesses avec le diaporama non censuré ! Tant pis pour Facebook et son puritanisme anglo-saxon !

Les Art Q c'est quoi ? :

ARTQ, c'est un atelier qui nous réunit autour de l'amour de l'art et de l'érotisme.
C'est sans tabou ni chichi pour parler, apprendre, créer et s'émouvoir grâce à l'Art...tout ça en s'amusant !
La soirée se déroule en quatre temps :
1. Elle commence par un jeu rapide et original en rapport avec la thématique pour vous mettre dans l'ambiance et briser la glace.
2. Un.e intervenant.e vient présenter ses créations artistiques et sa vision du thème abordé, vous pouvez bien évidemment lui poser toutes les questions que vous souhaitez !
3. Nous vous présentons de manière ludique nos recherches sur le sujet du jour
4. Chaque groupe participe à une création imposée en rapport avec le thème et les meilleurs repartent avec des cadeaux.

Que vous soyez seul(e) ou accompagné(e), jeune ou moins jeune, homme charmant ou femme aventureuse, que vous soyez créatif vous-même ou simplement par curiosité ... venez comme vous êtes, on vous fera une place !

Pour ce theme, Les fesses à l'art  Frederic Fontenoy et
Manuel StudiocodArt Da Silva
, des artistes de talents nous ont fait voyager au coeur de leur art.


LES FESSES

Les fesses ! Les fesses ! C’est toute une histoire ! Surtout une histoire dans l’art ! De là à savoir si les fesses, c’est de l’art ou du cochon ! Tout d’abord, une petite mise au point anatomique : les muscles fessiers sont les muscles qui ont permis à l’Homme la station de la bipédie. L’Humain est donc le seul être vivant à en être pourvu ! Et je peux vous garantir que ça fessier les autres animaux ! La station debout a fait disparaître la vulve et donc le sexe de ces dames ! Au grand damne des mâles reproducteurs que nous sommes messieurs ! Du coup plus moyen de vérifier de visu si une « femelle » était en chaleur ou non et donc si la période d’accouplement était là. Le mâle de base ayant besoin de repères visuels, ses yeux se sont donc posés sur deux attributs féminins, les seins et les fesses ! Le popotin, le derche, le cul, le fessard, l’arrière-train, le pétard, la lune, le valseur, la croupe, le joufflu, les hémisphères, les miches, les noix, le panier, le prose, le séant, le nache ! Tant de mots pour désigner le « fondement » de notre humanité ! Et vous avez remarqué comme dans notre langue les fesses sont associées aussi bien à du positif qu’à du négatif : Avoir le cul bordé de nouilles, avoir du cul, en avoir plein le cul, coûter la peau des fesses, se geler le cul, avoir une tête de cul, avoir la tête dans le cul, serrer des fesses et la célèbre réplique des proctologues : parle à mon cul, ma tête est malade. A noter, et j’en finirai là avec le vocabulaire que le terme « nache » qui désignaient les fesses jusqu’au 14ème siècle environ vient de « natica » qui veut bien dire fesses en latin mais la langue française a préféré le terme « fissa » d’origine latine également et qui signifie « fente ». Une autre origine, qui fera plaisir au public BDSM, nous est donnée par le Littré et viendrait du germain « fitse », une baguette et « fitzen », frapper (sous-entendu sur les fesses !) avec une verge ! Vous vous en doutez, les fesses sont donc un territoire insondable, en particulier dans la multitude de leurs représentations artistiques ! Pardon d’avance pour le choix que nous avons fait mais il a fallu trancher et je vous assure que ne pas explorer tous les sillons a été, pour nous, une vraie douleur !

 

PREHISTOIRE

Nos ancêtres préhistos (à partir de Cro-Magnon en gros) ont sculpté plus que peint des fesses. Mystère sur le pourquoi, on serait assez tenté de croire qu’à côté des scènes de chasse et des animaux, thème de prédilection de l’art rupestre, les quelques représentations de fesses qui nous sont parvenues n’ont été réalisées que pour la beauté et l’esthétique que cela représentait et ce tout au long du paléolithique : par exemple, dans le nord de l’Iran on a retrouvé de nombreuses statuettes « stéatopyges ». Qu’on confond souvent à tort avec le terme callipyge. Callipyge : qui a de belles fesses, stéatopyges : qui a de grosses fesses. On les trouvait entre autre en abondance dans les sépultures masculines où elles symbolisaient peut-être la résurrection. Ces figures représentent un nu féminin debout, aux bras courts et charnus dans un geste d'adoration. Les hanches sont prononcées, les jambes courtes, mettant en évidence les attributs sexuels particulièrement des clitoris hypertrophiés. La tête est étroite et stylisée.

Capture1

 

Capture2

Quant à nos ancêtres antiques que vous dire !? Dans l’Egypte antique : rien ou quasiment rien. Des ornements sur des couverts mais franchement les fesses n’avaient pas le vent en poupe. En revanche de l’autre côté de la Méditerranée, chez les grecs puis les romains le joli fessier avait son importance comme toutes les autres parties du corps d’ailleurs. Tout devait être proportionné, les bâtiments, les statues, les seins, les mains, il n’y avait pas de raison que les fesses dérogent à la règle. Là on trouve, bien sûr, des représentations de divinités mais également de sportifs. Le culte du corps est omniprésent et il est à noter que le fessier masculin est aussi bien représenté que celui de ces dames, profitez-en mesdames, ça ne va pas durer ! Les romains reprendront les canons de beauté des grecs dans leur statuaire. On voit qu’on met en avant une certaine idée de la perfection, cette perfection du corps n’étant que la manifestation d’un équilibre interne (vous vous souvenez des petites quéquettes grecques qui étaient signe de modération). A noter également que pendant la période grecque on voit beaucoup de représentations d’androgynes mais quoi de plus normal dans un pays où les habitants se présentent comme Hélène, je m’appelle Hélène

Capture3

 

Capture4

 

Capture5

 

MOYEN-ÂGE

Obscènes, impures, sales, voilà comment les fesses étaient considérées au Moyen Age. Les premières toiles qui montrent des corps nus reflètent une nudité laissée aux pécheurs et perçue comme une véritable punition. Il faudra attendre la Renaissance pour que les fesses gagnent leurs lettres de noblesse si j’ose dire ! Le moyen-âge est l’ère des superstitions, des bigots et de la main mise de l’église catholique aussi bien sur la vie quotidienne que sur l’art évidemment. L’église est riche, l’église est un mécène et veille au grain ! En particulier à chasser le malin ! Qu'est-ce qui distingue l'homme de la bête ? Au Moyen Âge le problème était tout tranché : c'était les fesses rondes, seules différences entre l'humain civilisé et la bête sauvage. D’où un magnifique sophisme : les bêtes n'ont pas de fesses rondes, le Diable est une bête, donc le Diable n'a pas de fesses rondes. Encore mieux ! C'est le seul détail anatomique que le diable n'arrive pas à reproduire lorsqu’il prend forme humaine ! Et le diable est contraint de détourner le regard lorsqu'il voit la perfection de notre fessier. Montrer ses fesses n’avait aucune connotation vulgaire ou libertine, au contraire c'était un excellent moyen de se protéger de Satan ! On peut voir un peu partout dans les cathédrales gothiques entre autre des statues callipyges (stéatopyges), fesses dirigées vers l'entrée du lieu saint. Luther, le père de la réforme lui-même, raconte qu'il employait souvent le mooning, lorsque le démon le tourmentait.

Capture6

 

Capture7

 

RENAISSANCE

Le cinquecento c’est le grand retour du cul ! De la belle fesse ! Voluptueuses et crémeuses comme une glace à l’italienne ! La Renaissance permet à la fesse de s’asseoir de nouveau confortablement dans l’art ! Elle reprend toute sa place en mettant à l’honneur le classicisme gréco-romain et des scènes issues de la Bible. Le courant artistique qui s’étale sur presque trois siècles, du 14ème au 17ème se libère de l’oppression du Vatican, la religion est remise en cause, la réforme voit le jour avec les thèses de Luther au début du XVIème siècle et les artistes se donnent tous les droits. Le nu reste académique mais tout est permis, jusqu’à Michel-Ange qui peint les fesses de Dieu lui-même sur le plafond de la chapelle Sixtine. La Renaissance préfigure le classicisme qui va chambouler l’art entre le XVIIIème siècle et la période moderne. Le beau l’emporte sur le scandale et les grands mécènes, la famille Médicis, la famille Pazzi, les banquiers, l’église malgré elle, les rois comme François premier vont protéger les artistes et leur permettre toutes les transgressions mais également aider à l’apparition de nouvelles techniques comme le sfumato, la perspective, etc.

Capture8

 

Capture9

 

Capture10

 

Capture11



ROCOCO – NEO-CLASSICISME – ROMANTISME

On oscille entre deux grandes tendances : le cul charnu ou l’esthétisme photoshopé avant l’heure !

Rubens et Boucher mettent en scène des femmes bien en chair avec des culs que ne renierait pas Kim Kardashian ! Les odalisques sont pulpeuses, on se fout de la cellulite, encore plus du politiquement correct et on met en scènes des orgies et autres bacchanales !

Capture12

Alors que Houdon, Bazille ou Velázquez peignent des corps parfaits, presque fantasmés jusqu’à Ingres qui n’hésite pas à prendre des libertés avec l’anatomie et ajoute allègrement trois vertèbres à sa grande Odalisque afin d’allonger un corps, promesse de plaisirs qui n’en finissent pas.

Capture14

 

Capture13

Fin 19ème, début 20ème d’un côté le réalisme prend le dessus et Vallotton peint un fessier pâle, grisâtre, vieillissant, Le fauconnier met en scène une femme décharnée dont la maigreur souligne le désespoir déjà présent dans la pause du modèle. On montre la réalité dans ce qu’elle a de plus crue. C’est le siècle de Balzac, de Zola et le début de la lutte des classes, de l’art social voire militant.

Capture15

 

Capture16

En contrepoint l’art naïf et le surréalisme font leur apparition. Gauguin peint des tahitiennes nues, autant dire Eve au paradis perdu, alors qu’un Duchamp propose une version torturée et presque illisible, on devine déjà le cubisme. Picasso change déjà de style, Matisse aussi. On lit deux interprétations de l’époque, la paix règne en Europe mais les pessimistes promettent une seconde guerre mondiale proche … dont acte !

Capture17

L’entre deux guerres et la seconde guerre mondiale vont signifier l’apogée du colonialisme et on va tomber dans la représentation « des nègres ». On dessine, on peint la Vénus Hottentote, on va photographier des femmes noires et nues dans un zoo humain installé au jardin d’acclimatation. La fesse de la femme africaine est représentée pour qu’on puisse s’en moquer. L’européen blanc a déjà oublié les voluptés de Rubens et de Boucher ! L’art est parfois aussi un média de propagande et de haine.

Capture18

Mais le salut vient toujours des femmes même si peu osent relever le défi. Les fesses de Simone de Beauvoir et de Joséphine Baker seront des armes politiques. De Beauvoir par sa liberté et son combat féministe (cette photo n’a vu le jour que très récemment), Joséphine Baker, elle, va être une figure de proue de la « négritude » et, en montrant ses fesses (et le reste) elle va subjuguer Paris et faire beaucoup pour la cause et des noirs et des femmes en France.

Capture19

 

ENTRE MODERNISME ET CONSERVATISME

Quand on pense à la versatilité de l’opinion, ces fesses qui débordent de l’opéra Garnier ont tantôt fait scandale, tantôt laissé les parisiens de marbre … pour que quelques dizaines d’années plus tard on danse totalement nu sur la scène de l’académie nationale ! Une paire de fesse, l’une scandale, l’autre banale.

Capture20

Lorsque je dis que le Français est versatile ! Que n’ont entendu Michèle Mercier et Michel Polnareff pour avoir osé montrer leur popotin, qui sur un écran de télévision, qui sur des affiches 4 par 3 ! Alors je ne vous parle même pas du cul de Bardot dans « Le Mépris » de Godard ! La censure existait en ce temps là, et ces chez gens là m’sieur, on n’montrait pas son cul !

Capture21

Les années 80 vont être, elles aussi, chamboulées. C’est la fin de l’insouciance, le tout début de l’épidémie de SIDA. Helmut Newton fait entrer les fesses, le porno chic et le l’iconographie SM dans le monde de la photo « grand public » alors que Toscani va faire scandale avec une pub politique, cette paire de fesses tatouée comme une vache marquée au fer va déclencher un débat furieux mais gagnera son paris : mettre le SIDA au cœur des préoccupations et des discussions jusque dans le métro parisien. A côté on a aussi le visage des vestiges de l’insouciance et d’une « certaine image de la femme » avec la fameuse pub de l’annonceur Avenir « qui tient ses promesses » suite aux premières désillusions post élection de François Mitterand.

 

Capture22

 

Capture23

 

LES ANNEES 2000

On installe des statues de Botero dans les rues alors que le plug de Paul McCarthy fait scandale place Vendôme. La nudité et le sexe ont du mal à trouver une place et les œuvres suscitent des controverses d’une rare violence. Mais Spencer Tunick (au nom prédestiné), empli l’opéra d’Amsterdam de centaines de fessiers et que Haris Lithos prend les fesses de mannequins pour des pinceaux. Ca c’est vraiment de l’art Q !

Capture24

 

Capture27

 

Capture26


2018 : C’est l’apocalypse ! Trump est élu outre-Atlantique et l’Amérique nous montre ses deux visages, si j’ose dire, la débilité d’un jeu qui consiste à accepter de se faire tatouer une image choisie par un « ami », ici le petit rigolo a choisi de faire tatouer la tronche de Trump sur la fesse de son pote alors qu’à droite, Abel Azcona, artiste queer, a décidé de se faire tatouer « Make America great again », le slogan de la campagne de Trump autour de l’anus … je ne vous fais pas un dessin du but de la manœuvre !

Capture25

 

CONCLUSION

On le voit, les fesses ont tantôt été célébrées, tantôt vilipendées. On les a glorifiées, on les a déformées, on les a tatouées, peinte, on a peint avec, tantôt sujet, tantôt support ou bien encore outil ! Ce qui ressort de toutes ces fesses dans l’art, de ces représentations pléthoriques de notre face cachée, c’est qu’elles en disent long sur l’état de nos sociétés, de nos libertés et de l’idée que l’on se fait de l’esthétisme !

Moralité : on a beau les avoir dans le dos, les fesses font avancer le monde … et l’art


Quelques photos de la soirée

Flore CherryLes 2 artistes présents avec Vic

 Flore Cherry

                                                                                  Vic avec les deux artistes invités

 

L'affiche de l'équipe gagnanteLa sculture de Manuel

 L'affiche de l'équipe gagnante                                               Le moulage de Manuel Da Silva


En bonus quelques photos de mes fesses prises par des photographes  !

Louise Dumont (2)

 

Louise Dumont copie

 

Louise Dumont - Shooting dans un parking public ! - mars 2017

 

 

Alain Massa (2) copie

 

Alain Massa copie

  Alain Massa - shooting mai 2018 en bonne compagnie !  

 

Spencer Tunick - Bourgogne - octobre 2009

Spencer Tunick - dans les vignes de Bourgogne (Pouilly Fuissé) en octobre 2009 pour dénoncer le réchauffement climatique avec la collaboration de Greenpeace. Je sais ou je suis sur la photo parmi les 750 participants. Rires ! Cette photo a été publiée en double page dans le Figaro Magazine !
Jérome LeGoff - La Horde DuexJérôme Le Goff - spectacle La Horde Duex avec deux photocopies de mes fesses sur écran géant ! Printemps 2015

Romy Alizée - Dédicace du 18-04-2018

Pia Rollingstone Ribstein - Sous la direction de Sacha Bel-Ami, docteur es forniphilie, quatre garçons se sont transformés en chaise et table pour que Romy Alizée dédicace son livre pendant deux heures dans une librairie de Montreuil - avril 2018
Cette photo a été publiée dans le numéro Sexe des Inrockuptibles de juillet 2018

Stand Fetish Up - salon érotique Bruxelles copie

 

Séance de martinet sur le stand Fetish Up de Corinne Fet au salon érotique de Bruxelles - mars 2018

 

Bonhomme de neige BDSM -février 2018 copie

Auto-portrait - Mon bonhomme de neige BDSM -  février 2018


Posté par Philippe Hickx à 02:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 octobre 2018

Les Naturistes Festifs en Liberté dans les allées du Salon de Liège

Du 5 au 7 octobre a lieu le salon Eros de Liège.

Après le salon de l'Erotisme de Liège en octobre 2017, de Bruxelles en mars 2018 et Mons en juin 2018, nous allons arpenter les allées du salon de l'Erotisme de Liège à la rencontre du public et des exposants dans un esprit de fête et de bonne humeur et expliquer notre conception de la nudité que nous souhaitons voir accepter dans l'espace public le plus souvent possible.

Venez nous voir pour faire une photo avec nous.
Pour voir des photos de types CFNM cliquez: ici

IMG_5684

 IMG_5468

Photos Bruxelles mars 2018

20181006_020706

20181006_020706 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma tenue pour demain au salon de Liège

 

 

 

 

 

Posté par Philippe Hickx à 03:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 octobre 2018

Vernissage Des sexes et des "femmes"

41897069_10156695849003851_4172542964079263744_o


Hier soir au 59 rue de Rivoli à Paris avait lieu le vernissage Des sexes et des "femmes" "17 artistes aux médiums multiples représentent Des Sexes de «Femmes» (trans, cis, intersexes) : des grands, des noirs, des poilus, des drôles, des qui couchent, d’autres qui accouchent, des obscures, des fonds marins, des pailletés, des encres, des mères… "

L’occasion pour moi de retrouver des amies photographes pour lesquelles j’ai déjà posé :

Louise Dumont - Torses

- Louise  Dumont pour un shooting de groupe dans un froid garage public puis récemment pour sa série Torses dont certains étaient exposés hier soir.

Vanda Spengler - Piéta

- Vanda Spengler qui m’a photographié dans sa série Piéta lors d’une mémorable séance au  marché aux Puces de St Ouen avec notamment Bertrand Julien et Jacques Lefébure que j’ai retrouvés hier soir avec plaisir.

- Romy Alyzée - Dédicace Romy Alyzée lors de son incroyable séance de dédicace de son livre de photos dans une librairie de Montreuil. Un grand moment d’exhibe où je fus transformé en table avec un autre complice pour la signature de ses albums.

 


- Louise A. Depaume, souvent avec Vanda et Louise Dumont dans des expositions communes et que je croise souvent.

Je fut aussi heureux de faire la connaissance dans la vraie de vie de Mila Nijinsky que je suis depuis un certain temps sur Facebook et qui fêtait hier soir son anniversaire.

Rita Renoir

Parmi toutes les belles œuvres exposées, j’ai aussi apprécié de retrouver les dessins de Rita Renoir.  

 

 




Photo Jérôme Marchand

A mon arrivée sur les lieux il y avait un monde fou au point que cela débordait jusque sur le trottoir de la rue de Rivoli ! J’arrivais à me frayer un chemin jusqu’à l’étage supérieur pour tomber nez à nez avec la Douce Ingrid habillée d’une magnifique robe rouge qui avait grandement motivé ma venue pour la voir dans une performance chorégraphique de Louise Dumont, La Vague. Ingrid était en conversation avec Clarissa et Cédrik qui m’accueillirent par de grands sourires eux aussi !

La performance ayant été retardée en raison de la foule trop nombreuse, nous fîmes avec Clarissa et Cédrik le tour des œuvres exposées, saluant au passage d’autres amis comme Michel Godin des Mers  venu avec ses désormais célèbres Tshirts de sa fabrication, Flore Cherry, Belen Lorenzo, Kris Kilt, Alex Vlad Radian, Benoit Descordes et Jérôme Marchand qui nous avait si bien nourri au dernier SubSpace Carcéral de Marie Albatrice six jours plus tôt.

Finalement malgré le monde, la performance débuta par une chorégraphie d’une dizaine de femmes habillées de rouge dans l’escalier puis continua au rez-de-chaussée. Malheureusement étant resté en haut de l’escalier je ne vis que des bribes du spectacle ! Dommage ! Mais les photos de Jérôme Marchand m’ont permis de découvrir ce que j’avais vaguement vu de l’étage supérieur.

Jérôme Marchand

Jérôme Marchand

Jérôme Marchand

Jérôme Marchand

 

20181002_200924

20181002_201515

20181002_201833

20181002_201841

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Après cette performance je retrouvais avec plaisir mes amis de soirées Fred Ghoar et MimiParis très légèrment vêtue, mon alter ego quand il s’agit de se mettre nu en public ! Rires !!

Avec MimiParis

Quelques photos ont immortalisées nos retrouvailles.
Puis nous décidâmes d’aller tous les trois avec un de leur ami diner dans un restaurant du quartier pour revenir une bonne heure plus tard.

 

 

 

 

A notre retour, une autre performance avait lieu avec des personnages tout nu servant de table pour manger le gâteau d’anniversaire de Mila Nijinsky ! Mais encore une fois j’avais raté l’essentiel de la performance !

Gateau anniversaire Mila Nijinsky

Gateau anniversaire Mila Nijinsky

 

 

 

 

 

 

 

 


Finalement alors que l’expo allait fermer, Michel Godin des Mers offrit à MimiParis le Tshirt CLITORIS qu’elle lui avait demandé. L’occasion pour Mimi de se mettre toute nue pour faire des photos avec le Tshirt et Michel puis avec Fred et une des performeuses de la séance gâteau. Nous fumes parmi les derniers à quitter l’expo pour nous retrouver dans le métro dans un accoutrement un peu original pour certains d’entre nous.

20181002_222803 copie

20181002_222542

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

L’exposition continue jusqu’au 15 octobre.
Plusieurs conférences ont lieu jusqu’au 15 mais souvent accessibles qu’aux femmes.

Retrouvez toute la programmation du cycle Des Sexes et des "Femmes", tables rondes/ateliers/projection pour parler de l’inceste, du viol, des violences obstétricales et gynécologiques, de mutilations génitales, du sexisme en médecine, d’auto-gynécologie, d’intersexuation, de transidentités, de travail du sexe et de sexualité ====

https://www.facebook.com/events/420413868366343/

 


20181002_201159

20181002_201726

20181002_200924

20181002_201515

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20181002_222516

20181002_222533

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 20181002_230459

 

 

 20181002_230131

 

 

 

 

 

 

 

 


 Les oeuvres exposées

 Rita Renoir & Vanda Spengler

Romy Alyzée 20181002_223009

Andréa Valienne

20181002_222207

Olga Laz 20181002_222933

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Louise A Depaume 20181002_222947

Mon torse par Louise Dumont

20181002_223039

20181002_223101

20181002_223133

 

01 octobre 2018

CFNM un sigle peu connu sur la nudité masculine

IMG_6169 copie

Voila une semaine sous le signe du CFNM, une paraphilie assez répandue (Clothed Female Naked Male) et certainement ma préférée ! 

Une fan de CFNM a demandé récemment à une  amie sur sa page FB si elle faisait ce type de photos. Cette dernière ne connaissait pas la signification de cet acronyme.

Subspace avec une Domina

Et mercredi dernier au Subspace Carcéral, Marie albatrice a expliqué  devant tout le monde lors de mon incarcération, que j’aime me faire photographier nu en compagnie de femmes habillées !

Et pour finir, à la fin de cette semaine, je vais avec un ami au salon érotique de Liège afin de nous livrer à ce type de photo.

Mais que regroupe exactement cette pratique car il en existe diverses formes :

Wikipédia en donne la définition suivante :

CFNM, sigle anglais de Clothed female, naked male (Femme vêtue, homme nu), qualifie les situations ou pratiques sexuelles qui mettent en présence un ou plusieurs hommes nus avec une ou plusieurs femmes habillées.
Il décrit quelquefois un fantasme sexuel, masculin ou féminin, consistant en un scénario exhibitionniste
ou fétichiste.
La nudité exclusivement masculine peut aussi avoir lieu quand un homme se déshabille lors d'un striptease
masculin.
Dans les scénarios pornographiques
, CFNM met souvent en scène la femme qui reste habillée dans un rôle de dominatrice par rapport à l'homme nu.

Comme on le voit cela est assez varié et va du simple exhibitionnisme bon-enfant à la soumission BDSM.


Mais alors quel est mon CFNM et où le pratiquer sans risque.

A la base j’ai toujours aimé pratiquer le naturisme de manière libre en dehors des camps naturistes que j’ai d’ailleurs découvert fort récemment. Rien de tel pour moi qu’une plage isolée où l’on peut se baigner nu.



Les Cyclonudista

Cyclonudista Bruxelles - juin 2018

J’ai longtemps fantasmé sur la possibilité de me promener nu dans une ville jusqu’au jour où j’ai découvert les World Naked Bike Ride (WNBR). Ces Cyclonudista étant interdites en France, j’ai pédalé nu en ville pour la première fois à Bruxelles en 2013. Depuis je participe aussi à celle d’Amsterdam. 

Ces manifestations ont pour but de promouvoir la place du vélo en ville et de favoriser un mode de déplacement plus écologique. La nudité symbolise la fragilité du cycliste face aux dangers de la circulation à bicyclette dans un trafic constitué essentiellement de voitures.   

Cet événement  rencontre un grand succès auprès des Bruxellois et nombreux sont les personnes qui nous photographient et veulent même avoir une photo avec nous.  La World Naked Bike Ride a lieu tous les ans dans plus de 70 villes à travers le monde.
Ci-joint le lien vers le site officiel des WNBR :
http://www.worldnakedbikeride.org/

Cette première participation en 2013 fut une révélation car ce jour là je fis la moitié du trajet en cuissard et la seconde partie complètement nu ! Et je vis alors le public changer complètement d’attitude et demander de me photographier et notamment les femmes qui venaient spontanément avec un grand sourire pour demander une photo avec moi. Et oui nombreuses sont les femmes qui aiment se faire photographier en compagnie d’hommes nus.


Les salons érotiques en Belgique

Salon de Mons - juin 2018

Contrairement à leur homologues français, les salons érotiques belges nous autorisent à nous promener nus dans les allés du salon. Depuis que nous avons découvert cela avec Julien Nat et un ami Bruxellois, nous fréquentons les salons de Liège, Bruxelles et Mons. Nous arpentons les allées de ces salons à la rencontre du public et des exposants dans un esprit de fête et de bonne humeur et expliquons notre conception de la nudité que nous souhaitons voir accepter dans l'espace public le plus souvent possible.
Il est amusant de constater que tous les trois vivons ces moments de CFNM de façon différente.

Soirée promotion Cyclonudista Bruxelles 2015

Mon ami de Bruxelles est un adepte de la nudité intégrale de la tête au pied et n’hésite pas à être inteviewé par les médias et faire la promotion de la nudité dans l’espace public. Il a d’ailleurs organisé une journée de Body painting dans les rue de Bruxelles en 2016.
 
Julien Nat lui est plus branché BDSM et soumission, ne se sépare jamais de son cockring et sa laisse et cherche souvent à être en forme ! Rires !

Et moi le troisième larron, je pratique une nudité joyeuse avec des costumes originaux souvent androgynes qui ne cachent rien de mon ouistiti ni de mes fesses. Cela me vaut beaucoup de demandes de photos à la fois de femmes mais aussi d'hommes !
Cette nudité en public est l’occasion de parler avec des femmes que je n’aurai jamais abordées si j’étais resté habillé.  Les discussions tournent le plus souvent sur la nudité et les soirées kinky mais il m’est arrivé de parler de sujet plus sérieux et que les personnes me disent à la fin qu’elles ne faisaient plus guère attention à ma nudité ! Dans ces cas là j’oublie moi-même que je suis nu en public !

Toutes ces photos que ce soit sur une cyclonudista ou dans un salon sont toujours prisent à la volée. Il faut vite confier notre appareil à la personne qui a déjà fait les photos pour le compte des femmes qui posent avec nous. Parfois c’est une telle cohue autour de nous que l’on ne sait plus quel objectif regarder. Mais c’est tellement bon-enfant  qu’on ne s’en lasse pas ! Et au final nous assurons une sorte de spectacle dans les allées en plus de ceux sur scènes. Rires !


Les photos scénarisées

Photo CFNM scénarisée

J’ai un ami cyclonudiste, bien connu pour ses coiffes d’indien et ses rollers qui fait des photos CFNM scénarisées. Il m’avait un jour montré un projet où on le voyait dans une glace visage et sexe caché avec une femme debout rigolant ou faisant la moue près du miroir.
Je sais aussi qu’il avait monté un atelier photo CFNM à un Burning Man



 

 



Et bien sûr il y a les photographes comme Alain Massa qui fait de temps en temps ce type de photos et avec lequel nous avons un projet CFNM. Sur les photos ci-dessous la femme tate un homme nu comme un taureau ! 

12605548_930865293700000_2716619384248107168_o




Alors tenté par les photos CFNM. Venez nous rejoindre le samedi 6 octobre au salon érotique de Liège pour faire des photos avec nous. Les Naturistes Festifs en Liberté seront heureux de poser à vos côtés dans leur tenue préférée.


Pour mes photos CFNM sur Flickr cliqué ici  (plus de 300 photos ! )


CFNM Cyclonudista de Bruxelles - juin 2018

IMG_6018 B

IMG_6040 b jpg

IMG_6040 c

IMG_6066 C





   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_6167 copie

IMG_6166

IMG_6168

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_6256

 

 

 

 IMG_6245

 

 

 

 

 

 

 

 IMG_6252

 

IMG_6246

 








IMG_6201













IMG_6202IMG_6200







 

 



IMG_6240
IMG_6242


 










IMG_6169 copie















CFNM salon érotique de Mons juin 2018

IMG_5872 copie

IMG_5869 copie

IMG_5857 copieIMG_5879

IMG_5921IMG_5923IMG_5927

IMG_5926 copie

 

IMG_5929

IMG_5930IMG_5937 copieSalon érotique Mons juin 2018

IMG_5939 copieIMG_5967

IMG_5958IMG_5959

 

 

 

 



 

10 septembre 2018

Mon incarcération pour exhibitionnisme ! Subspace carcéral #2 du 27 septembre 2017

20934825_872087972948408_1125289610036665699_o

Préambule

Ce récit du Subspace édition Carcérale 2017 est le jeu de rôle pour adultes consentants le plus intense et hard de tous les Subspace auxquels j’ai participés (je n’ai manqué que le premier).

C’est certainement mon texte le plus abouti et le mieux illustré par des photos car initialement je l’ai rédigé il y a plusieurs mois pour l’anniversaire d’une amie qui fut longtemps la seule lectrice de mes écrits avant qu’elle réussisse à me convaincre de diffuser mes histoires de soirées sur un blog.
Cette version du Subspace carcéral présentée ici a été très peu remaniée (certains noms rendus anonymes surtout)  par rapport à celle qu’a lue Clarissa Rivière, puisque c’est de cette adorable blogueuse et auteure de nouvelles érotiques dont je parle. J’aime beaucoup lire tout ce qu’elle écrit et je vous encourage à suivre son blog Les goûters de Clarissa.


Pour les photos de
Patrick Siboni et les films, l’anonymat des participants est garanti par le port de masque ou de cagoule mais je suis néanmoins facile à identifier car je suis le seul a être toujours nu avec des étiquettes collées directement sur la peau de la poitrine et du dos. On est l’Exhibe ou on ne l’est pas ! Rires !! Il y a même deux photos où je ne porte pas de cagoule quand je suis attaché à la croix de Saint André.



La mise sous écrou - Arrivée et déshabillage – matricule I2K EHQ

J'avais rendez-vous à 18h09 précise rue St Honoré à l’Anamorphose, lieu où se tiennent régulièrement les Nuits Elastiques pour mon troisième Subspace organisé par Marie Albatrice. Cette fois-ci c’était une édition Carcérale (épisode 2) après les éditions Psychiatrique et Sanctuaire. Arrivé en avance car avant l’heure ce n’est pas l’heure et après ce n’est plus l’heure, je tombais sur un habitué du Subspace qui devait lui entrer six minutes plus tôt que moi car l’accueil de chaque soumis-e est individualisé. On discuta sur le trottoir de nos souvenirs de Subspace et mon futur compagnon de cellule m’expliqua ses soucis pour obtenir des billets de train pour aller à Genève le weekend suivant avec deux Dominas. Pas de doute je n’allais pas passer la soirée avec des enfants de cœur ! Son heure d’entrée arrivant, mon compagnon d’infortune me laissa seul dans la rue et c’est alors que je sentis monter en moi une forme d’angoisse irraisonnée en pensant à ce qui allait m’arriver pendant les trois heures suivantes. C’était mon troisième Subspace et j’avais rempli consciencieusement les jours précédents ma liste des possibles et des impossibles ainsi que le questionnaire médical, je n’avais donc pas de raison de m’inquiéter.

 

41461340_458682627977402_7148030194316476416_n copie

C’est donc les jambes un peu flageolantes que je sonnais à la porte de l’Anamorphose. Une gardienne portant une lampe frontale m’ouvrit pour me faire pénétrer dans le sas d’accueil plongé dans l’obscurité. Une autre gardienne se tenait derrière le guichet et je reconnu à ses côté l’ami de Marie qui filmait les impétrants avec sa caméra vidéo. On m’expliqua qu’en entrant dans ce pénitencier je ne serai plus qu’un matricule à apprendre par cœur et que je serai surnommé « l’Exhibe ». Ciel, ma réputation m’avait suivi jusque là ! Ce matricule I2KEHQ , j’aurai à le crier plusieurs fois lors des appels et bien que mystérieux, il correspondait  au programme qui m’attendait lors de mon séjour dans le pénitencier. Après m’avoir communiqué les safewords et en me jurant intérieurement de ne jamais les utiliser, on ouvrit la porte du sas qui donnait sur une salle tout en longueur plongée dans l’obscurité et éclairée à la seule lumière des lampes frontales des gardien-ne-s. Complètement aveuglé on me fit avancer de quelques mètres et mes gardiennes me demandèrent d’attendre que le prisonnier devant moi ait fini d’enfiler sa combinaison orange de prisonnier après avoir quitté ses vêtements civils. Durant cette attente, je vis passé plusieurs geôlier-es dont certains bien que connus ne m’inspiraient pas plus confiance que cela. Parmi eux, je reconnu Otomo, le commandant du pénitencier, ancien animateur de Panda-SM à Erosphère et puis Mademoiselle B, déjà citée dans de précédents récits, gardienne à l’air très sévère  dans une tenue de latex noir du plus bel effet, comédienne dans la vie et qui à la fin du Subspace m’infligera un traitement très sévère mais finalement pas si désagréable que cela. Une gardienne me rappela de bons souvenirs en la personne de  M., comédienne aussi que j’avais croisée sur les planches d’un théâtre de la banlieue parisienne où nous avions dansé nus avec d’autres « lapins lubriques » dans un spectacle sur la Dame à la Licorne de Gaëlle Bourges. Je reconnu encore d’autres têtes pour les avoirs croisées dans des soirées dites libérées.  

Après de longues minutes d’attente, ce fut enfin mon tour de me déshabiller sous les moqueries de mes gardiennes pour mon exhibitionnisme. Alors qu’il ne me restait plus qu’à retirer mon slip  avant d’enfiler ma combinaison de prisonnier, elles me demandèrent de marcher dans le couloir en me déhanchant comme un mannequin, une des geôlières me tenant les hanches pour que j’assimile plus vite ce pas que j’essayais d’apprendre sous les quolibets de mes gardiennes. Après quelques aller-retours et un peu honteux on me demanda finalement d’enfiler ma combinaison orange quand tout à coup une des gardiennes hurla que l’Exhibe du pénitencier devait rester nu en prison. Surpris je retirais ma tenue orange que j’avais déjà enfilée jusqu’aux cuisses pour me retrouver nu comme un ver devant mes gardiennes avec un certain plaisir dissimulé de savoir que j’allais être nu pendant toute la durée du Subspace contrairement à mes compagnons d’infortunes qui ne le seraient que par intermittence. Comme pour les autres prisonnier-ères on me colla un gros sparadrap sur la poitrine avec mon matricule que je devrai répéter à chaque appel et dans le dos mon surnom « l’Exhibe ». Nous avions tous un pseudo, collé sur les combinaisons pour les autres prisonniers. Il y avait notamment la «Chienne lubrique » , le « Novice » pour son premier Subspace, « Eurotunnel » tout un programme en forme de métaphore etc.

d581a0_84fbdb7b8815479dae4c642374a83b4d~mv2

22196495_602494013474487_8641399115646849061_n

Enfermement dans les cellules – attaché à une croix

Une fois en tenue, si je puis dire et après avoir mis mes vêtements d’homme libre dans un sac, une gardienne me dirigea vers les sous sols de la prison pour faire connaissance avec ma cellule. Mais arrivé en bas dans une salle tout autant plongée dans l’obscurité, j’eu encore le droit à un traitement particulier puisqu’à la place d’une cellule on me demanda de me placer devant la croix face à la pièce. Ma geôlière qui m’aveuglait avec sa lampe frontale me demanda de lever les bras pour les attacher à la croix puis m’entrava les pieds avec une grosse chaine qu’on me retirerait qu’à de rares occasions. M’habituant à l’obscurité, je découvris qu’il y avait dans la pièce Emma la journaliste de Paris Derriere et un caméraman, intervenants dans le Subspace.  Je me sentais aussi observé de la tête au pied par ma gardienne qui devait se révéler, grâce aux photos, être Misungui, spécialiste entre autre de shibari. Après quelques coups de cravaches et quelques paroles humiliantes elle décida de me poser sur la tête une cagoule noire que portait déjà tous les autres prisonniers. Au travers de cette cagoule on voyait évidemment encore moins bien et plus tard dans la soirée, Marie me découpera des ouvertures au niveau des yeux. Attaché à la croix, je vis défiler devant moi une bonne partie de l’équipe du pénitencier qui me gratifiait le plus souvent d’un coup de cravache ou de paroles plus ou moins blessantes. Finalement une fois tous les prisonniers incarcérés, on nous laissa seuls dans l’obscurité de cette grande salle juste éclairée par les lampes des indications de sorties de secours. Un lourd silence tomba dans la pièce avec juste le faible son des conversations inaudibles des gardien-nes venant de l’étage supérieur et qui devait infliger un traitement spécial à un ou deux prisonniers.

Attaché à la croix par MisunguiAttaché à la croix par Misungui

 

 

Attaché à la croix par Misungui

 

Attaché à la croix par Misungui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proposition d’évasion de Scribe et Pate

C’est dans cette ambiance inquiétante que je commençais à ressentir l’inconfort de ma position d’être attaché à cette croix. C’est alors qu’au bout de quelques minutes je senti près de moi la présence, d’une personne qui s’était approché en silence sans lampe frontal. Une voix qui se présenta comme étant le Scribe, me susurra  qu’elle cherchait à organiser une évasion et voulait savoir si je souhaitais me joindre à eux car ils étaient deux. Evidemment que j’étais d’accord mais il y avait un gros problème, une fois à l’extérieur du pénitencier j’aurais été facilement repéré en raison de ma nudité et en plus les chaines aux pieds m’empêchaient d’enfiler l’éventuel pantalon que j’aurai pu trouver. Finalement ces deux potentiels évadés me laissèrent attacher à ma croix jugeant qu’il serait trop risqué de m’embarquer dans cette tentative de fuite et s’éloignèrent aussi silencieusement qu’ils étaient arrivés. Sur ma croix, l’immobilité commençait à m’engourdir les poignets d’autant que je sentais le froid monter dans mon corps nu à travers mes pieds. Pour me réchauffer je faisais de petits mouvements avec mes mains et mes pieds ce qui provoquait un petit bruit sinistre de mes chaines. Quant à mes compagnons d’infortune qui occupaient les cellules voisines, ils et elle restaient étrangement silencieux.

 

Comptage des prisonniers allongés au sol – matricules  

Comptage des prisonniers allongés au solLa direction du pénitencier eut vent de la tentative d’évasion car subitement on vit  l’équipe des gardiens débarquée avec  la directrice en tête ( Marie que je découvrais pour la première fois de la soirée) pour procéder à un comptage des prisonniers que l’on sortit des cellules. Moi je fus enfin détaché de ma croix mais ce fut pour aussitôt devoir m’allonger au sol sur le ventre comme tous mes compagnons mais sans la protection d’une combinaison. Heureusement que ma situation m’excitait car sinon j’aurais eu encore plus froid. Chacun son tour nous fument appelé par notre surnom inscrit dans notre dos et contraint d’hurler notre matricule puis de nous retourner aussitôt sur le dos pour présenter à nos gardiennes le gros sparadrap d’identification collé sur nos poitrines pour vérifier que  nous ne nous trompions pas. Ouf L’Exhibe avait bien retenu son numéro ce qui n’était pas le cas de tous les détenus qui eurent droit à leur dose de moqueries et sans doute quelques coups de cravaches que je ne pouvais voir dans ma position.

tumblr_ox9n24xRS51syzpx4o6_1280

 

d581a0_fa52e4f0297e4c3291b6cc6a6794275c~mv2

  

Promenade à la queue leu leu en chantant  

L’appel terminé, la directrice du pénitencier nous intima de nous relever pour faire une promenade à la queue leu leu à travers les couloirs de la prison. Nous avions tous les pieds entravés ce qui rendait la marche pénible et la montée ou la descente des escaliers périlleuses. Heureusement on pouvait prendre appui sur notre voisin de devant que nous tenions par les épaules. Mais la prisonnière devant moi n’était pas très agile dans les escaliers et ne m’était pas toujours d’un grand secours. Les gardiennes chargées de surveiller notre promenade nous criaient d’avancer plus vite sans laisser de trou dans la chaine humaine que nous formions et nous dûmes en plus chanter l’Ave Maria, le chant favoris de Marie, notre directrice du pénitencier. Aux cris des gardiens et aux bruits de chaines, l’ajout de nos voix discordantes créaient une cacophonie assez lugubre dans ces couloirs plongés dans l’obscurité et éclairé à la seule lueur des lampes frontales du personnel du pénitencier.

 

Retour en cellule après présentation des gardiens et de leurs spécialités

Finalement après avoir fait plusieurs fois le tour des couloirs du pénitencier de la rue St Honoré, nous fûmes tous rassemblés dans une grande salle qui était bien éclairée. La directrice nous demanda de nous ranger par colonne de trois et de nous agenouiller, les mains derrière la nuque pour nous présenter les membres de l’équipe pénitentiaire et surtout nous informer des spécialités plus ou moins réjouissantes et effrayantes de chacun-e de nos gardien-nes. Après ces explications destinées à nous dissuader de nous évader, mes compagnons furent reconduits dans leur cellule et moi de nouveau attaché à ma croix. Puis je vis les gardiennes venir chercher un par un des prisonniers pour être interrogé sur une tentative d’évasion. J’entendais au loin des cris qui se mélangeaient aux rires du personnel du pénitencier.

 

22046449_1759272051031814_7561104235288440987_n

 

22046068_1759272057698480_9082961696499207320_n

   

Interrogatoire – électricité dans une grande salle éclairée. Shibari, cire de bougie

Puis ce fut mon tour, une gardienne vint me détacher de la croix et m’emmena dans la salle d’interrogatoire en m’ayant laissé mes chaines aux pieds et la cagoule sur la tête ce qui rendait ma démarche pénible. Arrivé dans la grande salle, je découvris un prisonnier encordé par Misungui qui lui infligeait un sévère traitement avec des bougies plus quelques autres spécialités dont elle est experte. Ma geôlière me fit assoir sur un banc pas très loin de mon pauvre compagnon d’infortune suspendu au plafond. Une gardienne au crâne rasé que j’avais déjà croisée comme DJ au Château des Lys s’approcha de moi et s’agenouilla devant mes cuisses entrouvertes avec à la main un appareil électrique. Elle me posa aussitôt des questions sur la tentative d’évasion tout en m’envoyant des décharges électriques à l’intensité de plus en plus fortes sur l’intérieure de mes cuisses et en se rapprochant dangereusement de mon sexe ! Je lui avouais que j’avais été contacté par deux prisonniers dont l’un était surnommé le Scribouillard, barman à la Nuit des K en d’autres moments, et une deuxième personne dont je ne savais rien.  Et c’est la directrice du pénitencier qui mit fin à mon supplice électrique mais pour mieux me torturer psychologiquement en public. 

tumblr_ox9n06v7Gs1syzpx4o4_1280

 

 

 

Elle me posa aussitôt des questions sur la tentative d’évasion tout en m’envoyant des décharges électriques

Le supplice de la cire de bougie

 

 

 

 

 

 

 

Statue de la liberté debout sur une table basse puis à quatre pattes

Marie me fit mettre debout pour m’exhiber tout nu devant la journaliste Emma du site Paris Derrière et son photographe et quelques  autres prisonniers accompagnés de leur gardiennes. Elle me libéra de mes chaines qui entravaient mes pieds et découpa dans ma cagoule des ouvertures au niveau des yeux. Elle fit installer une table basse au milieu de la pièce et me demanda de monter dessus en me mettant debout dans la position que je voulais. Un peu par provocation, je pris une pose de modèle photo en levant le bras droit comme si je portais une torche  et posant ma main gauche sur ma hanche. La journaliste se mit à rire en s’adressant à moi et me félicita en quelque sorte d’imiter la statue de la liberté en prison mais une statue toute nue ! Puis la directrice me décora d’une guirlande électrique comme un sapin de noël !  Mais comme manifestement je semblais apprécier cette exhibition, Marie me fit mettre à quatre pattes sur la table dans des postures beaucoup plus humiliantes. Finalement la salle s’étant remplie des prisonniers et du personnel pénitentiaire, la directrice cessa d’exhiber mon corps nu dans les positions de son choix. Un autre jeu qui a défrayé la chronique lors le la guerre en Irak dans la prison d’Abou Ghraib allait m’être infligé ainsi qu’à quatre autres prisonniers qui avaient fait état comme moi dans leur questionnaire d’une certaine ouverture d’esprit pour des pratiques pénétrantes…

 

41461340_458682627977402_7148030194316476416_n

 

 

 

 

Photos style Abou Ghraib

La directrice de la prison ordonna à mes quatre collègues de cellule mais aussi à une prisonnière qui subirait d’autres sévices de se déshabiller complètement et ainsi me rejoindre dans l’humiliation de la nudité en public. Une fois nu, on nous ordonna de nous mettre à quatre pattes, appuyés sur les coudes, tête basses et alignés côte à côte sur une seule rangée. Puis les gardiennes décidèrent de se faire photographier avec nous à la mode Abou Ghraib en nous demandant de  former une pyramide avec les trois hommes les plus charpentés à la base et les deux plus légers montés sur leur dos avec les jambes et les mains posées à cheval sur les deux hommes se trouvant en-dessous. Evidement je me retrouvais à quatre pattes à l’étage supérieur. Les gardiennes très excitées par l’humiliation qu’elles infligeaient à leurs détenus mâles, se firent photographier à tour de rôle en s’asseyant sur les trois prisonniers du bas ou en s’appuyant debout sur la pyramide humaine. Je sentais mes pauvres collègues d’en-dessous vaciller et leurs plaintes se mélangeaient au ricanement et aux cris de joies des femmes gardiennes. C’est ainsi qu’à un moment je me retrouvais avec le postérieur d’une gardienne dans le visage.  

tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o1_1280

22154570_602493920141163_4482351729543782082_n

  

Fouilles anales et carottes

Après cette séquence de CFNM ( Clothed Female Naked Male) en version dégradante mais au fond tellement excitante et certainement ma paraphilie préférée, on nous demanda de nous remettre tous les cinq par terre à nouveau à quatre pattes et alignés pour subir des actes encore plus outrageants. Le cul tendu vers nos gardiennes nous subîmes tous les cinq une fouille anale très poussée en raison de la tentative d’évasion avortée. Pour valider cette inspection humiliante, une carotte était ensuite enfoncée dans nos orifices. Mais nous avions tous un petit problème pour garder ce  légume car comme vous le savez, il ne possède pas la  forme d’un plug anal pour rester facilement en place d’autant que nos gardiennes dans leur infinie bonté avaient bien lubrifié nos orifices avec du gel. J’utilisais la gravité pour conserver ma carotte en tendant au maximum mes fesses vers le plafond ce qui rendait la position encore plus inconfortable. Evidemment, la directrice du pénitencier connaissait cela et pour nous humilier encore plus décida de nous faire faire une course à quatre pattes en déclarant que le vainqueur serait celui qui franchirait le premier la longueur de la salle en ayant conservé sa carotte dans l’anus ! Ayant déjà plusieurs fois remis ma carotte en place avec une main, je ne fus pas surpris de perdre le premier mon sextoy végétal au milieu de la course. Considérant que j’étais éliminé, j’arrêtais là ma course à quatre pattes pour regarder ébahi deux ou trois prisonniers atteindre le bout de la salle avec leur plug anal végétal toujours planté dans leur petit trou ! S’il y avait eu un débriefing de la soirée, j’aurais bien aimé savoir comment ils avaient fait ! Et évidemment cette course un peu particulière s’était déroulée sous les ricanements et les moqueries de nos gardiennes.

tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o6_1280

 

 A nouveau promenade à la queue leu leu en chantant l’Ave Maria. Chienne Lubrique emmenée par le Commandant

Cette longue séquence d’humiliation pour cinq d’entre nous, fut clôturée par une nouvelle promenade à la queue leu leu avec tous les prisonniers, après que mes camarades d’infortunes se soient rhabillés. La directrice nous demanda de chanter à nouveau l’Ave Maria et nous fîmes plusieurs tours des couloirs du pénitencier. A un moment donné je vis le Commandant de la prison attraper la prisonnière dite Chienne Lubrique pour un interrogatoire qui fut certainement sévère et long car je ne devais revoir notre Commandant qu’au moment de la si torride et non moins outrageante scène finale.

 

Retour en cellule ou en croix – Quatre prisonniers sodomisés devant moi avant d’y passer aussi

 La promenade terminée, tous les prisonniers entrèrent dans leur cellule sauf mes quatre collègues de la pyramide d’Abou Ghraib et moi qui fus à nouveau rattaché à ma croix. J’entendis alors la directrice demander aux gardiennes de faire accouder les quatre prisonniers sur la banquette rouge et écarter les pieds pour que ces dames puissent à nouveaux fouiller la rondelle de ces messieurs et les sodomiser au gode-ceinture. De ma croix, ce spectacle m’excitait terriblement au lieu de m’effrayer et j’attendais le moment où l’on viendrait à mon tour me chercher pour subir le même sort. Et cela arriva plus tôt que prévu car l’un des détenus eut besoin de faire une toilette intime. Du coup c’est avec un mélange de plaisir et d’inquiétude que j’entendis Marie demander que l’on me libère de ma croix pour remplacer ce prisonnier et subir à mon tour cette humiliante pénétration en public. Une gardienne me retira alors mes chaines aux pieds et m’entraina du côté opposé de la banquette rouge. Comme mes voisins de supplice, je posais mes coudes sur ce grand lit et écarta les jambes. Je sentis alors un doigt puis deux me pénétrer et enduire largement mon étroit conduit tout en écoutant ma gardienne commenté à voix haute l’étroitesse de mon anus et les rires des autres personnels pénitentiaires. Au bout d’un certain temps de doigtage, je sentis un gode se présenter à l’entrée de ma rondelle et j’étais tellement excité que mes sphincters s’ouvrirent sans difficulté pour avaler ce que je devinais être un gode ceinture au coup de reins que je recevais. Mes trois autres camarades se faisaient aussi pistonner et c’est alors que la directrice ordonna aux gardiennes  de faire une tournante. Je n’en croyais pas mes oreilles ! Et c’est ainsi que nos petits culs virent passer quelques femmes phalliques et je fus bien incapable de savoir combien de gardiennes  se sont occupées de moi. Au retour de la toilette du cinquième prisonnier sodomite, la directrice ordonna un gang bang sur le dénommé Novice (pour son premier Subspace). Elle le fit allonger sur le dos devant nous et tout en le masturbant elle lui lima son petit trou à coups de gode ceinture. Dans le même temps elle nous ordonna de nous redresser et de nous masturber aux côtés de nos gardiennes qui avaient cessé de ramoner nos orifices étroits. C’est ainsi sous le regard d’une vingtaine de personnes que Novice fini par éjaculer entre les doigts de Marie.      

 

A mon tour de subir un  gang bang allongé sur le dos. L’orgasme plus fort que l’humiliation : le souminator

Alors que je pensais que cet orgasme viril allait mettre un terme à cette orgie c’est à ce moment là que j’entendis incrédule, Marie, demander aux gardiennes de me faire subir à mon tour un gang bang. Dans cette semi obscurité, je sentis une geôlière me prendre par le bras et me forcer à m’allonger sur le dos sur la banquette à l’opposé de l’endroit où se trouvait Novice, la tête vers Marie et le cul bien au bord, jambes relevées. Je vis alors toutes ces femmes autour de moi avec leur inquiétant gode-ceinture. Une première gardienne m’enfila son gode et me pistonna et puis une autre pris le relais alors que je sentais un autre gode me frapper le visage et que je pensais à  tous ces regards qui se repaissaient de ce spectacle et la caméra qui filmait toute cette scène orgiaque!

GB sodo1

 Et je ne suis pas prêt d'oublier la fin avec Madame Trump alias Mademoiselle B  qui d’un seul coup s’approcha de la gardienne qui me sodomisait et la bouscula avec autorité pour prendre sa place. J’avoue que de voir Mademoiselle B arriver avec autant d’envie pour me pénétrer et se déchainer sur moi me mis dans un état d’excitation qui me permis d’encaisser ses coups de butoir sans appréhension ni douleur particulière, au point de me faire découvrir que la sodomie pouvait aller bien au delà du simple plaisir cérébrale procuré par l'inversion des rôles mais se transformer en un véritable orgasme. (merci la prostate – rire) Et plus elle me pilonnait, plus j’enserrais sa taille le plus fort possible avec mes jambes pour la sentir au plus près de moi et l’empêcher de se retirer. Là où j’aurais du me sentir humilier et avoir mal j’ai au contraire connu un plaisir intense et je compris que j’étais devenu le souminator dont Marie parle souvent et que Mademoiselle B s’en sans rendre compte était devenue une dominatrice au service de son soumis ! Au bout d’un certain temps mais j’avais perdu complètement la notion du temps, la directrice mis fin à mon gang bang et à cette séquence pour sonner le rappel de tous les prisonniers. C’est dans un état second que je me relevais de la banquette rouge, épuisé et en nage, ne réalisant pas encore que je venais de vivre un fantasme que très peu d’hommes ont connu ou connaitront !

 

GB sodo2

  

Recomptage des prisonniers, l’état de subspace m’en fait oublier la fin de mon matricule

La directrice ordonna un dernier appel des prisonniers avant l’évacuation du pénitencier pour une fouille minutieuse des cellules. Et comme à chaque appel, l’ensemble des prisonniers s’allongèrent au sol sur le ventre. Alors que les autres détenus avaient renfilé leur tenue, moi je restais tout nu mais le contact de mon corps bouillonnant sur le sol froid fut particulièrement désagréable. Quand mon tour vint de crier mon matricule,  mon cerveaux était tellement embrumé par ce qu’il venait de vivre que pour la première fois de ma détention je fus incapable de dire entièrement mon matricule.  D’après la journaliste de Paris Derrière qui était présente, c’est cela qu’on appelle l’état de Subspace. Alors là, je veux bien croire, que je venais de l’atteindre sans le savoir.

  

Sortie de la prison pour inspection des cellules

 Notre libération intervint après qu’on nous eu reconduit près de la sortie et avoir retrouvé nos habits de la vie civile que nous dûmes enfiler au plus vite sous les regards moqueurs de nos gardiennes et leurs ordres péremptoires de faire vite. Le retour dans la rue fut brutal et j’avoue mettre trouvé un peu déphasé par rapport à l’intensité de ce que j’avais vécu dans le pénitencier de la rue St Honoré. Depuis ce Subspace et nos remarques, un dîner au restaurant suit ce jeu de rôle pour décompresser ! 
Mais ce traitement de choc ne m’aura pas guéri de ma paraphilie d’exhibe à savoir le CFNM (Clothed Female Naked Male). J’aurai besoin d’autres séjours au Subspace. (Rire)
Et cela tombe bien puisque l'édition 3 du Subspace Carcéral a lieu le 26 septembre 2018.

 

36259872_1067302703426933_1711634760553463808_n

 

 

 


 

Distribution :

Réalisatrice et directrice du pénitencier : Marie Albatrice

Commandant du pénitencier: Otomo de Manuel

Personnel pénitentiaire :
Mademoiselle B, comédienne
Misunguy,
Lawbenstriel Mess, DJ au Château des Lys
M, comédienne (rencontrée la première fois sur une pièce de théâtre A mon seul désir sur la Dame à la Licorne de Gaëlle Bourges)
Lyss Pretty
Etc…

Prisonniers chargés de l’évasion :
Wilfried Rey un autre comédien

Journaliste : Emma du site Paris Derrière
Cameraman : Gilles
Photographe : Patrick Siboni

Avec la participation comme prisonnier-e-s : Novice, Eurotunnel, Chienne lubrique, L’Exhibe, et 6 autres participants

  

Site du Subspace :  https://www.subspace.fr

L’équipe du Subspace Carcéral

tumblr_ox9n6uiA1U1syzpx4o1_1280

 

 

 

 


  La fouille anale et les godes carottes

 tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o4_1280tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o3_1280

 

 

 

tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o5_1280

 

tumblr_ox9n4hBI091syzpx4o2_1280

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Les supplices de Lyss Pretty

22222007_602493880141167_1306504219031533035_n22140973_602493973474491_3400105311563227464_n22154367_602494086807813_2637378080884781874_n22196308_602493840141171_5166226327830058143_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22279533_602493806807841_1919930407953377344_n

 

 

22218620_602499496807272_293625335683451349_o

 

 

 

 

 

 

 

 


 Misungui: shibari et bougie

 tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o9_1280

 

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o8_1280

 

 

 

 

 

 

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o5_1280

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o7_1280

 

 


 

 

 

  

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o1_1280

tumblr_ox9n06v7Gs1syzpx4o3_1280

tumblr_ox9n06v7Gs1syzpx4o6_1280

tumblr_ox9n06v7Gs1syzpx4o7_1280

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 tumblr_ox9n24xRS51syzpx4o2_1280tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o4_1280

 

tumblr_ox9n06v7Gs1syzpx4o9_1280

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o2_1280

tumblr_ox9n6co2r51syzpx4o3_1280

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Philippe Hickx à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 août 2018

Lettre ouverte à Facebook sur sa politique de censure de la nudité

fb censure IMG_6018

L'algorithme de Facebook a censuré des photos de la Cyclonudista de Bruxelles 2018 immédiatement après publication en mode restreint "amis". Pourtant sur tous les clichés mon sexe est masqué par un cache. Ainsi je ne suis pas plus nu qu'un homme qui porterait un string. Après censure et blocage de mon compte pour trois jours, j'ai fait appel mais les modérateurs ne sont pas revenus sur la décision de l'algorithme. Mais Facebook dans un souci de s'améliorer, ("vos retours nous aident à nous améliorer" dixit FB)   me laisse la possibilité d'avancer mes arguments même si cela ne fera pas revenir ce réseau social sur sa décision de supprimer ce contenu et de bloquer mon compte pour trois jours.

Voici la photo qui a déclenché la censure telle que je l'ai publiée.

FB IMG_6018 C copie

Voila ma réponse envoyée à FB dans le but de les aider à s'améliorer concernant les très nombreuses plaintes relatives à la censure exagérée de la nudité. ( naturistes, musées, expositions, festivals; etc... ) 

Cher Facebook,

Cette photo a été prise dans les rues de Bruxelles, précisément devant le Parlement européen à Bruxelles à l’occasion de la World Naked Bike Ride. Cette manifestation a pour but de promouvoir la place du vélo en ville et de favoriser un mode de déplacement plus écologique. La nudité symbolise la fragilité du cycliste face aux dangers de la circulation à bicyclette dans un trafic constitué essentiellement de voitures.  

Cette manifestation rencontre un grand succès auprès des Bruxellois et nombreux sont les personnes qui nous photographient et veulent même avoir une photo avec nous.  La World Naked Bike Ride a lieu tous les ans dans plus de 70 villes à travers le monde soit autant d’autorités publiques qui l’autorisent et qui donc ne pensent pas que cela choquent leurs concitoyens.
Ci-joint le lien vers le site officiel des WNBR :
http://www.worldnakedbikeride.org/

Conscient des standards de FB sur la nudité que de très nombreuses personnes d’ailleurs contestent car trop restrictives (la nudité n’est pas de la pornographie mais fait partie de la nature humaine) les photos publiées ont des caches sur les sexes et sur les éventuels tétons des poitrines des femmes. Si bien que pour la photo incriminée, je ne suis pas plus nu que si je portais un string. Si un homme en string ou en maillot de bain ne peut pas être montré sur FB cela devient vraiment inquiétant pour les libertés publiques quand on connait la place des réseaux sociaux dans nos vies aujourd’hui.

Enfin je précise que ces photos sont diffusées en mode confidentialité « amis » donc un mode restreint.

J’espère que ces précisions amèneront FB à améliorer sa politique en matière de nudité quand celle-ci cherche à défendre une cause, est de bon goût, joyeuse, artistique et non pornographique. Car par ailleurs FB est un formidable moyen pour créer du lien social et il serait dommage que beaucoup de personnes sans détournent en raison d’une censure trop restrictive.





 

Le post qui a déclenché le blocage de mon compte (seule la photo en haut à gauche a été censurée par FB ! )

fb censure


Et les réponses de FB

censure



 

 

 

 





Les quatre photos non censurées par FB de mon post (en blanc la photo bloquée ! )

FB CENSURE2

 

Posté par Philippe Hickx à 04:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 août 2018

Quand un pique-nique Erosphère se termine dans un donjon BDSM – septembre 2017

 ver 3



Deux mois après le festival Erosphère 2017 sur les créativités érotique, un pique-nique fut organisé sur Paris en septembre pour réunir les nostalgiques de cette fête de juillet.


ver 5

La soirée retrouvaille pique-nique d’Erosphère devait initialement se dérouler dans le Parc de Bercy. Mais en raison du mauvais temps, l’organisatrice, Mélatonine, a au tout dernier moment choisi de faire la soirée dans le sous-sol du Bar à Mines dans le XIIème à condition que l’on reste sage car elle y est bien connue. Petite précision qui aura son importance plus tard, il y avait des caméras qui filment le sous-sol avec écrans visibles de tous au niveau bar !

Du coup la soirée a commencé gentiment et ce fut un plaisir de retrouver des amis et animateurs d’Erosphère. Certains étaient venus avec quelques accessoires BDSM comme Fred qui avait un martinet en méta! La soirée avançant et l’alcool faisant son effet, certains ont commencé à se lâcher malgré la promesse de rester sage. Le sous-sol du bar s’est alors transformé en salon d’atelier de test et d’initiation au martinet, visible au niveau bar de tout le public  grâce aux caméras. Et C., un animateur d’Erosphère, prodiguait des séances de massage fort appréciées.  
 

vers 2C’est à ce moment là que Marie Albatrice est arrivée dans la soirée et connaissant mes activités naturistes m’a interrogé sur le nouvel espace naturiste du bois de Vincennes. Cela m’a valu plein de questions de la part de l’assemblée y compris sur mes autres activités de naturiste en liberté et de découvrir que le lendemain je devrais certainement croiser plusieurs Erosphériens à la Fête de l’Huma où j’avais prévu de me rendre sur le stand des naturistes.
 
Finalement à 2h du matin, le patron a priori pas choqué par ce qui s’était passé et retransmis via les caméras dans son bar ouvert à un public pas forcément averti, nous a signifié la fermeture de son établissement.
 
Nous nous sommes donc retrouvés une bonne quinzaine sur le trottoir à décider comment nous allions terminer cette soirée. Finalement nous nous sommes rendus chez Marie qui dans un premier temps n’était pas très enthousiaste pour  accueillir une bande de joyeux lurons dont certains commençaient vraiment à se lâcher. Après un passage dans une épicerie pour reconstituer nos stocks de boissons nous avons atterri au domicile de Marie que je connaissais depuis le Subspace « Sanctuaire » interrompue par une voisine indélicate en avril. Les activités du bar reprirent gentiment dans son salon entre deux verres et au bout d’un certain temps Marie nous proposa de descendre dans son Terrier, un donjon dont je soupçonnais l’existence mais qui m’a stupéfait par sa taille et la diversité des instruments ! On y accède pas une porte dans la cage d’escalier en descendant un étroit escalier en colimaçon et arrivé en bas on arrive dans une salle qui fait facilement plus de 80m² avec un plafond haut d’au moins deux étages formé d’une verrière recouverte d’une bâche pour des raisons de discrétion évidente. J’ai retrouvé tous les instruments de tortures qui étaient à la dernière journée d’Erosphère, croix, pilori etc… Il y a en plus un coin shibari avec un lit au dessus, une baignoire, plusieurs canapés et le long d’un mur des casiers à rangement sur bien 5 mètres de long et à hauteur d’homme avec l’indication de ce qu’ils contiennent. Pour avoir parcouru par curiosité les étiquettes, je crois qu’il ne manque rien en terme de libertinage et BDSM ! Evidemment certains se sont empressés de profiter des équipements du donjon.
 
Ainsi B., une jolie blonde,  et accessoirement ma domina attitrée du Subspace Sanctuaire d’avril s’est complètement lâchée.  Je l’ai retrouvée aux toilettes porte ouverte en train d’uriner sans la moindre gêne devant un copain pour ensuite se déshabiller et se faire fouetter nue attachée à une croix.

C’est alors que Marie dans cette ambiance festive a proposé une course de vers rampants inspiré d’un post de Emma de Paris Derrière. Je décidais d’y participer avec trois ou quatre autres dont C. le masseur, Melatonine l’initiatrice de cette soirée, et Steph mon ex partenaire de massage à l’atelier Erosphère  « charmer le génital » ( le titre est sans ambigüité - Rires ! ). Nous devions nous mettre tout nu ou presque et ensuite on enveloppait nos corps d’un film plastique des pieds jusqu’au cou. Le corps recouvert de ce film plastique, nous ne pouvions plus bouger et une fois enveloppé, on m’aida à m’allonger par terre sur le dos. Hormis Steph qui avait gardé son slip nous étions tous tout nu. La course n’a pas débuté tout de suite et on commençait à bouillir dans notre carapace en plastique tous les cinq allongés sur le sol.

vers 1

C’est alors que B. qui était aussi toute nue a profité de ma condition d’homme réduit à l’immobilité forcée pour me prodiguer un face-siting auquel je ne m’attendais pas ! Aucune idée du temps que cela à duré mais suffisamment longtemps pour que je sois imprégné de son parfum intime pour le restant de la soirée et risqué l’asphyxie !
Mais je laisse la parole à Emma de Paris Derrière qui a fort bien décrit la scène :
"Après vous avoir fait mordre la poussière, la meuf va vous obliger à jouer l’aspirateur à cunni. D’un coup de talon, la miss vous fera rouler sur le dos. Elle ne résistera pas à l’envie sadique de retirer son string histoire de vous faire admirer sa moquette, juste au dessus de votre tête. Toujours impossible de bouger un doigt, vous êtes à sa merci, et on dit merci qui ? « Merci Maîtresse ! » Dans sa grande mansuétude, elle se servira de vous comme d’un vulgaire sextoy en s’asseyant sur votre tronche, pour un facesitting d’anthologie. Attention tout de même à l’asphyxie, car enfoui sous ses fesses, difficile de bafouiller un safe word audible ou de faire un signe de secours, vu que vous n’avez plus de bras. À moins de se tordre comme un appât à deux doigts d’être accroché à l’hameçon de la pécheresse."

 
Après cet intermède olfactif, on nous a tirés par les pieds pour nous amener sur la ligne de départ de cette course par élimination particulière puisque les perdants recouraient la course suivante. C’est dans un enthousiasme délirant et fort bruyant que la première course de vers rampants se déroula. Inutile de dire que se mouvoir dans de telles conditions est extrêmement difficile et épuisant. Sur le dos, il faut en fait soulever son bassin avec ses jambes pour se propulser vers l’arrière sauf que le plastique entrave nos mouvements et que l’on boue à l’intérieur de cette armure. Bon finalement j’ai perdu les premières courses mais j’avoue que l’idée de me trémousser nu au sol devant l’assistance hurlante me plaisait et j’avais envie de prolonger ce plaisir donc je n’y avais pas mis toute mon énergie. 

Pour la dernière course des deux derniers perdants, je me suis retrouvé en tête à tête si je puis dire avec Steph, mon ex partenaire de jeux intimes dans l’atelier « charmer le génital » à Erosphère. Pour corser l’affaire, Marie nous a bandé les yeux  et nous a demandé ce que voudrait le vainqueur de la course. Steph voulait une séance de shibari soft et moi j’avais tellement le cerveau embrumé que je ne savais pas quoi dire. Finalement, Marie, annonça qu’elle déciderait elle même. Ouf
Bien qu’aveugle, je sentais que Steph, plus jeune et plus musclé,  avait les faveurs des pronostics et bien plus de supporters que moi. Mais cette fois-ci je n’avais pas l’intention de perdre. Le départ fut donné et aux paroles d’encouragements pour Steph je compris que j’étais en tête en vue de la ligne, d’autant que nous nous frottions l’un l’autre quand je senti un obstacle sur mon chemin qui me freina. C’était C., de plus en plus sous l’emprise de l’alcool, qui m’avait stoppé dans ma course. Marie ordonna donc une deuxième course après nous avoir laissé récupérer. Il n’était pas loin de 4 heures du matin en plus.  Toujours les yeux bandés nous repriment le départ et finalement je gagnais cette course au finish grâce à mon endurance, d’une longueur de torse juste à la fin car nous avions été au coude à coude pendant les ¾ de cette course. Si je peux raconter cela aussi précisément, c’est parce que le Chéri de Marie a filmé toutes les courses et qu’il me l’a montré car je n’étais sûr de rien en franchissant la ligne d’arrivée. Et  j’étais quand même un peu étonné d’avoir déjoué les pronostics.  Au final en tant que vainqueur je n’eu pas droit à la ma surprise car Marie jugea que nous étions décidément trop bruyants et craignait des plaintes de ses voisins pour tapage nocturne.

L’ambiance retomba donc doucement et c’est Melatonine qui me soulagea de mon armure en plastique dans laquelle j’étais en nage. Avec un long couteau et sous les yeux d’une complice elle découpa le film plastique qui entourait mon corps nu et comme sa copine je ne fus pas plus rassuré que cela quand elle arriva au niveau de mon sexe car elle il mettait une certaine ardeur tout en m’avouant qu’elle avait parié sur ma victoire contrairement à la majorité de l’assemblée.
 
Après avoir remis en état le Terrier de Marie,  on se retrouva dans son appartement pour se dire au revoir et quitter aussi silencieusement que possible son immeuble ce qui pour certains était difficile.  Voila le résumé de ce pique-nique retrouvaille Erosphère, plein d’imprévus et auquel j’avais failli renoncer en raison du mauvais temps. J’aurais eu bien tort ! 



Un grand merci à Marie pour son accueil et tous les SubSpaces qu'elle organise et à Mélatonine qui a lancé l'idée de ces retrouvailles qui ont depuis été renouvellées plusieurs fois.


Jouer l’asticot sous les talons-aiguille, nouvel eldorado érotique de Emma de Paris Derrière


Erosphère de l'Erosticratie


Le SubSpace de Marie Albatrice

Posté par Philippe Hickx à 01:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,